Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Concerts > Saisons

Orchestre à cordes « Invitation en mer du Nord »

2018/2019 second semestre
Clément Lanfranchi 2018 02 @Antoine Montulé
Ce mois de juin, l'Orchestre Symphonique Étudiant de Toulouse, dans sa formation en orchestre à cordes, vous invite à une croisière en mer du Nord, au son de pièces de Grieg, Vaughan Williams et Britten. Direction : Clément Lanfranchi

  • Grieg - Suite Holdberg
Nous partons au début de ce concert en Scandinavie avec Edvard Grieg (1843-1907). Il deviendra au fil de sa vie l’un des compositeurs les plus importants d’Europe du Nord. Quand il apprendra le répertoire folklorique scandinave, durant sa jeunesse, une passion pour cette musique le poussera à devenir un fervent défenseur du répertoire traditionnel de cette région de l’Europe. Il s’inspira de cet héritage dans presque toutes ses compositions, à l’instar d’autres compositeurs comme Béla Bartok en Hongrie.  Dans cet esprit, Grieg composa cette suite Holberg, faite en cinq mouvements, pour commémorer le bicentenaire de l’écrivain et dramaturge danois Ludvig Holberg, né dans la même ville que le compositeur. L’écriture est un hommage au style ancien, dans le pur style romantique, tout en conservant l’identité même de la forme de la suite, par un enchaînement de cinq danses (Praeludium - Sarabande - Gavotte - Air - Rigaudon), dans le plus grand respect des pratiques faites au XVIIIe siècle. D’une certaine façon, le compositeur nous offre là une vision musicale du romantisme vue depuis les pays se situant au delà de la Mer du Nord, où les vents froids et la neige donnèrent au public occidental un sentiment d’aventure et de découverte pour une autre civilisation, bien qu’étant sur le même continent.

  • Vaughan Williams - Fantasy on a theme of Thomas Tallis
Vient le temps de partir plus au sud, en descendant la Mer du Nord, pour arriver sur les îles du Royaume-Uni. Nous sommes passé dans un nouveau siècle, faite d’inventions et marquée par une expansion de la civilisation exponentielle. C’est l’époque d’un certain Ralph Vaughan Williams (1872-1958).
Ce compositeur eut la chance de parcourir l’Europe, notamment l’Allemagne et la France où il étudiera avec respectivement Max Bruch et Maurice Ravel, ce qui lui donnera une assurance certaine dans la maitrise de l’écriture et dans sa connaissance du répertoire savant. Son oeuvre présentée ici, sa Fantaisie sur un thème de Thomas Tallis, écrite en 1910, fait référence à une oeuvre originale bien plus ancienne, composée par Thomas Tallis, un compositeur du XVIe siècle (1505-1585). Elle illustre la volonté du compositeur à s’intéresser, tout comme son homologue norvégien, au répertoire traditionnel de son pays. Il éprouva une fascination certaine pour cet héritage, dont il appréciait le mystère de l’anonymat de ces traditions, la richesse sonore qui s’exprimait dans les chants populaires. L’art de Vaughan Williams aura été de transcender les époques en ré-inventant cette oeuvre de Tallis, la transposant par des procédés d’écriture plus modernes, et notamment ici la disposition en double orchestre et solistes au sein de l’ensemble. Au delà de le simple retranscription, il fera de cette pièce un des portes-étendards qui libèreront l'Empire britannique du germanisme et redonneront à la musique anglaise ses lettres de noblesse.

  • Britten - Simple symphony

Nous restons au Royaume-Uni, et Il est temps à présent de passer pleinement dans le XXe siècle avec une oeuvre de 1934 écrite par l’un des compositeurs les plus reconnus dans ce pays depuis Purcell et Haendel, il s’agit de Benjamin Britten (1913-1976). Il sera considéré comme l’un des plus grands esprits musicaux de son époque, révolutionnant l’écriture, en étant profondément encré dans les traditions du Moyen-âge et du Bel canto italien, mais en s’inscrivant dans une modernité toute singulière. Etant jeune il découvre la musique de Franck Bridge grâce à son professeur d’alto. Ce compositeur britannique, altiste et chef d’orchestre qui voit ses oeuvres passer du post romantisme de Fauré aux principes de l’atonalité en passant par la modernité étincelante de Scriabine. Cette évolution inspira Britten qui dès son enfance écrit ses premières esquisses (entre 1923 et 1926). Plusieurs années passèrent avant qu’il reprennent certaines de ses idées pour composer son opus 4, alors à peine entré dans l’âge adulte. Il dédiera cette oeuvre à son professeur d’alto. Quatre mouvements construisent l’oeuvre, les titres évocateurs (Boisterous Bourée - Playful Pizzicato - Sentimental Sarabande - Frolicsome Finale) montrant la détermination du compositeur dans ses choix artistiques, chaque mouvement se voit attribuer deux thèmes distincts. C’est une invitation dans un monde où l’harmonie et le contrepoint sont en pleine mutation, où les thèmes folkloriques variés inspirent par leurs sonorité singulière dans un univers orchestral riche de possibilités.


Direction : Clément Lanfranchi
 

  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page

Les concerts :

  • MAC Chapou, jeudi 20 juin 2019 à 20h30
  • Basilique Saint-Sernin, vendredi 21 juin 2019 à 19h