Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Concerts > Saisons

Programme Harmonie

2018/2019 second semestre
Saxophone
Pour la deuxième année consécutives, l'Orchestre Symphonique Étudiant de Toulouse monte son harmonie ! Un projet au répertoire varié sous la baguette de Mathilde Liffraud, que vous pourrez écouter les 17, 18 et 19 avril.

Back to the future !

Les orchestres d'harmonie trouvent un écho en chacun de nous. Pour la plupart des instrumentistes à vent, ils sont la première formation orchestrale que nous avons intégrée. Pour les joueurs d'instruments à cordes ils sont "l'autre type d'orchestre", plus ou moins connu selon les parcours de chacun. Pour les mélomanes, ils renvoient souvent aux bals et fêtes. Pour d'autres, enfin, ils peuvent sembler des orchestres figés, au répertoire considéré comme musette, stéréotypé et sans évolution possible.

Dans chacun de ces cas, les orchestres d'harmonie semblent intrinsèquement liés au cours de l'histoire et du temps. Questionner leur histoire, notre rapport au temps qui passe, aux évolutions, aux régressions peut-être, par le biais de cet orchestre d'instruments à vents et à percussions, paraissait donc tout indiqué. Grâce à la diversité du répertoire, du clin d'œil aux bals d'autrefois à la musique de films (aujourd'hui "classique" des répertoires d'harmonie) en passant, surtout, par les œuvres originales (écrites spécialement pour orchestres d'harmonie) qui constituent des preuves précieuses de la vivacité de ces ensembles, les possibilités sont infinies.

 Mathilde Liffraud

  • Toccata, Claudio Monteverdi (c.1607)
Cette pièce du maître italien de l’époque de la Renaissance musicale constitue la première véritable entrée des trompettes dans l’orchestre de cour. Il s’agit donc d’un moment important pour la famille des cuivres. Courte et triomphale, on s’accorde à penser que cette fanfare était l’hymne de la famille des Gonzague de Mantoue, mais elle permet aussi d’attirer l’attention du public sur le début de la représentation… Elle apparaît en introduction de l’Orfeo (premier opéra de l’histoire dont il nous reste une trace) ainsi que dans les Vêpres à la Vierge.

  • Grande Symphonie Funèbre et Triomphale, « III. Apothéose », Hector Berlioz (1840)

La formation d’« orchestre d’harmonie » prend véritablement son indépendance avec cette symphonie entièrement écrite pour elle. L’œuvre fut composée à l’occasion de la commémoration de la révolution de 1830 et sa création (l’orchestre en procession était dirigé par Berlioz marchant à reculons) fut un relatif échec bien que la partition elle-même suscita l’admiration des compositeurs contemporains de Berlioz (Wagner, Bruckner, …). Le troisième mouvement, « apothéose », fut repris de nombreuses fois en concerts par le compositeur, à tel point qu’il y ajouta des parties de cordes et un chœur en 1842.
 

  • Pearl Harbor, Hans Zimmer (2001), arr. Frank Bernaerts

Historiquement, les orchestres d’harmonie trouvent leur origine dans la musique militaire, notamment car les instruments qui les constituent peuvent assurer des processions et commémorations en extérieur sans être endommagés par les intempéries. Par ailleurs, la musique de film est aujourd’hui considérée comme le répertoire « classique » des orchestres d’harmonie : cette musique est donc une double référence au répertoire passé et présent de ces ensembles. Si le film, qui retrace l’histoire de deux pilotes durant le célèbre épisode de la seconde Guerre Mondiale, reçut un accueil mitigé, sa musique fut nommée aux Golden Globes.
 

  • Concerto d’Amore, Jacob de Haan (1994)

Les deux œuvres originales qui closent cette première partie ont été écrites par deux des compositeurs incontournables de la musique d’harmonie. Jacob de Haan est l’un d’eux. Avec ce Concerto d’Amore, il mélange trois styles et époques différents, les fait se suivre et se mêler jusqu’au final. L’ouverture, aux caractéristiques baroques (période entre 1600 et 1750 de l’histoire de la musique) est suivie d’un moment plus pop. Un adagio reprend les codes du baroque, son thème principal servira de motif à un dernier moment, que l’on pourra assimiler à du jazz, avant que les trois styles explorés ne se mêlent définitivement dans le final.
 

  • Time remembered, Philip Sparke (2000)

Philip Sparke, spécialiste de l’écriture pour brass bands ou orchestres d’harmonie, préside régulièrement des jurys internationaux et répond à des commandes comme celle du Woking Wind Orchestra à l’occasion du changement de millénaire, dont cette pièce fut le résultat. Là où beaucoup ont écrit des œuvres qui célèbrent le changement, et les nouveautés réjouissantes de cet événement exceptionnel, Philip Sparke a souhaité ouvrir notre réflexion sur les choses immuables de la vie, parfois concepts abstraits traités par la philosophie ou la religion. La diversité de l’œuvre (solos, tutti, chorals, …), unifiée par sa grande tranquillité, semble les imager.
 

 

  • Young Person’s Guide to John Williams, John Williams, arr. Jay Bocook

Prologue de Hook (1992), thème d’E.T. the Extra-Terrestrial (1982), Mr Longbottom’s flies de Harry Potter and the Sorcerer's Stone (2001), Raiders March de Raiders of the Lost Ark (1981)

Les films avec la musique de John Williams ont bercé notre enfance. Chacun d’entre nous est capable, consciemment ou non, de reconnaître l’une des musiques de ce compositeur qui a marqué durablement la musique de films. Se situant dans un courant post-romantique, le maître d’Hollywood a été rendu célèbre par la composition des Dents de la mer puis de Star Wars et a donné une place prépondérante à « la petite harmonie » (les instruments à vent de l’orchestre symphonique) dans ses œuvres pour le grand écran.
 

  • Retour vers le futur, Alan Silvestri (1985), arr. Marcel Saurer

Une aventure où suivre le cours du temps mène à s’arracher les cheveux avec un savant fou aux allures d’Einstein, tel fut le synopsis du film de Robert Zemeckis pour lequel Alan Silvestri a composé la musique. Dès lors, comment créer le matériau musical qui dépeindrait au mieux les voyages dans le temps ? Plus que la philosophie de ceux-ci, c’est bien le voyage en lui-même, à bord de la voiture réaménagée par le Dr. Brown, que le compositeur semble vouloir transcrire, avec tous les rebondissements des aventures de l’adolescent qui accompagne le scientifique.
 

  • Time de Inception, Hans Zimmer (2010), arr. Kyle Erickson

La problématique du temps est, dans le film de Christopher Nolan, comparable à celle telle qu’elle est exposée dans Retour vers le futur. Pourtant, leur traitement est tout à fait différent. Plutôt qu’un film d’aventures, Inception est une véritable introspection dans des rêves emboîtés. La musique d’Hans Zimmer reflète ce parti pris : la « boucle » que constitue le temps est servie par différents motifs obstinés qui se superposent et s’agglomèrent pour former une musique à la structure d’arche, qui part du néant avant d’atteindre un climax pour finalement revenir au silence.
 

  • Extraits de 2001, Space Odyssey (1968)

Daisy Bell (« Bicycle built for two », Harry Dacre, 1892), An der schönen blauen Donau (Op.314, Johann Strauss Jr., 1866), Also sprach Zarathustra (Op.30, ouverture, Richard Strauss, 1896)

La conquête de l’espace et celle du temps sont intimement liées dans le film de Kubrick. Par quelle force mystérieuse, représentée par le monolithe, avons-nous réussi notre évolution et échappé à l’obscurantisme, passant de singe à homme et d’homme à surhomme (à la fin du film) ? Les musiques choisies pour le film accompagnent tour à tour l’évolution et le voyage de l’homme et, assez paradoxalement, la mort de la machine, qui devient presque touchante. Elles ont toutes été choisies par le réalisateur, qui refusa la bande originale qui était initialement prévue.



Direction : Mathilde Liffraud
 

  • twitter
  • facebook
Partager cette page

Les concerts :

  • Université Toulouse - Jean Jaurès, La Frabrique, mercredi 17 avril 2019 à 20h
  • Université Toulouse III - Paul Sabatier, amphi Condat, jeudi 18 avril 2019 à 20h30


En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies