Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Concerts

L'OSET offre son concert de printemps (concert filmé)

le 6 avril 2021 - 20h Diffusion réseaux sociaux
Orchestre Symphonique Étudiant de Toulouse © Anne-Laure Bureau
L'Orchestre Symphonique Étudiant de Toulouse vous donne rendez-vous pour son second concert en ligne, à l'occasion de l'arrivée du printemps ! Le programme sera interprété par deux petits orchestres symphoniques, dirigés par notre directeur musical, Julien Ursule.

• Schubert - Symphonie n°5. Lorsque Franz Schubert (1797 – 1828) compose la Symphonie n°5 en si bémol majeur, il n’a que 19 ans. À cette époque pourtant, le compositeur autrichien a déjà écrit la majorité de son œuvre symphonique, connue pour être en partie inachevée. En 1816, le jeune Schubert s’inspire encore beaucoup de l’écriture classique de Mozart. Cette cinquième symphonie en est la preuve : ode à la Symphonie n°40 en sol mineur de Mozart, la construction des deux œuvres est analysée par beaucoup de musicologues comme étant similaire. Schubert, figure de proue de l’époque romantique, signe avec ses œuvres de jeunesse un dernier clin d’œil vers Hadyn et Mozart, avant de consumer une rupture stylistique.
 
• Debussy - Petite suite. La Petite suite, composée par Claude Debussy pour piano à 4 mains entre 1886 et 1889, est une succession de quatre courts mouvements, à la manière d'esquisses. Debussy disait à Varèse en 1911 : « J'aime presque autant les images que la musique » ; ce goût du tableau se retrouve dans ces mouvements évocateurs et imagés. Debussy s'inspire pour les deux premiers mouvements, En bateau et Cortège, de poèmes de Paul Verlaine, issus de son recueil Fêtes galantes, qui rend hommage à la peinture de Watteau. Les deux mouvements suivants, Menuet et Ballet, se rattachent plutôt au monde de la danse. C'est en 1907 que Henri Büsser, collègue et ami de Debussy, orchestre sa Petite suite. Comme pour se rattacher encore à l'art pictural, il use de couleurs orchestrales contrastées dans chaque tableau.
 
• Grieg - Peer Gynt (extraits). « L’hiver peut s’enfuir, le printemps bien aimé peut s’écouler » - cette œuvre romantique écrite en 1874/75 de Edvard Grieg présente à tous les égards notre thème printanier du concert. En 1874, le dramaturge norvégien Henrik Ibsen formule le souhait de porter à la scène sa pièce de théâtre Peer Gynt sous la forme d’une pièce en musique. Il était si impressionné par Edvard Grieg à sa rencontre à Rome quelques années plus tôt que Ibsen propose au compositeur et pianiste norvégien de mettre en musique son drame qui est composé de vingt-trois numéros. Après le succès de Peer Gynt sur scène, Grieg arrange en 1888 et 1891 les huit numéros de la pièce en deux suites pour orchestre symphonique sans chant ni dialogue avec la conviction que son œuvre ne serait pas acceptée en dehors de la Norvège. La mélodie débordant de joie du premier mouvement Au matin de la première suite est si populaire qu’il est possible de la retrouver dans des films, à la télé et aussi dans des publicités partout dans le monde.

Direction : Julien Ursule

Diffusion sur la page Facebook de l'OSET
• Mardi 6 avril à 20h

Événement Facebook


  • twitter
  • facebook
Partager cette page


En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies